Le soldat fantôme

C’est entre la romance (enfin… plutôt discrète, un peu cucul et servant de prétexte) et le roman historique, et c’est plutôt réussi ! Avec un style impeccable, nous suivons le parcours d’une allemande cultivée et pacifiste dans une Allemagne en perdition après le débarquement et l’avancée des troupes russes et celui d’un soldat américain d’une division fantôme chargée de faire diversion sur le front à l’aide de moyens que Disney ou Kubrick n’auraient pas reniés.

Le soldat fantôme de Jean-Guy Soumy
Le soldat fantôme de Jean-Guy Soumy

La petite histoire au sein de la grande, celle d’un soldat qui ruse, d’une femme dans la déroute et de la difficile position des menteurs et des coupables.

Quelqu’un à qui parler

Ça m’énerve ! C’est le genre de bouquin super formaté, un livre qui vous fait du bien. Avec un parcours de vie, des peines et des douleurs qui rendent plus fort, qui réveillent votre potentiel, avec de l’amour, de la poésie, de la tendresse, de l’enfance retrouvée, des embûches qui nous trébuchent et nous font prendre conscience du miracle de la vie… et patati et patala.

Mais là… je sais pas, j’ai trouvé ça bien fait. Même plutôt bon. Pourtant les ficelles sont énormes, comme une comédie écœurante et sirupeuse avec Hugh Grant et Julia Roberts.

Quelqu'un à qui parler de Cyril Massarotto
Quelqu’un à qui parler de Cyril Massarotto

Voilà, j’ai trouvé ça mignon et ça m’a fait pleurer. C’est chou, non ? Je dois être sensible, ces temps.

Ciao Amore

Fantasme de princesse fofolle magnifiquement belle et capricieuse. Choisir le premier homme qui lui adressera la parole. Et, comme par une chance invraisemblable, il est beau, lui aussi. Et elle est nue. Et elle écoute de la musique. Et elle chantonne. Et elle caprice. Et lui, reste fort et inaccessible, mais la carapace craquelle…

Ciao Amore de Helena Noguerra
Ciao Amore de Helena Noguerra

Et ce n’est pas toujours facile. Bouarf. Et purée, Cléophée !?! (pardon à toutes les Cléophée)

Bon… Encore un livre pas pour moi 🙁

Lettre à celle qui lit mes romances érotiques et qui devrait arrêter tout de suite

Fabrique à stéréotypes sexistes, rétrogrades, simplistes, systématiquement hétéros, machistes, réacs et réducteurs, le mommy porn de masse est une industrie formatée et enfermée dans des modèles ou l’homme riche est dominant et la jeune femme est belle et ingénue et où tous les deux cachent une blessure intime (mais pas trop grave). Camille Emmanuelle démonte les secrets de fabrication de cette machine trop bien pensante sans style ni saveur où la femme rougissante confie sa jouissance à l’homme inaccessible.

Lettre à celle qui lit mes romances érotiques et qui devrait arrêter tout de suite de Camille Emmanuelle
Lettre à celle qui lit mes romances érotiques et qui devrait arrêter tout de suite de Camille Emmanuelle

Une repentance en forme de plaidoyer pour une indispensable qualitative diversité.

Si on nous l’avait dit

Mais pourquoi je m’obstine à lire des trucs comme ça? Je suis pas le bon public !

Éternel schéma romantique : elle est jeune, belle et d’un statut inférieur, il est séduisant, riche et inaccessible. Ils ne peuvent pas se voir. Ils se découvrent, ils s’aiment. Il y a un problème, ils réussiront à le surmonter.

Si on nous l'avait dit de Laura Trompette
Si on nous l’avait dit de Laura Trompette

Faut pas ! C’est mal.

La drôle de vie de Zelda Zonk

Décidément, je ne suis pas fait pour les mièvres romances nunuches. C’est insupportable. Pourtant, c’était bien vendu. Emballage trompeur ou manque de discernement. Bref, je me suis trompé avec ce livre et mieux vaut le laisser aux amateurs-trices de bluettes cucul à l’eau de rose.

Mais quand même, quelle vision pour un livre paru en mai 2015 alors que le scandale VW n’explose qu’en septembre. Laurence Peyrin insider?

La drôle de vie de Zelda Zonk de Laurence Peyrin
La drôle de vie de Zelda Zonk de Laurence Peyrin

Bon, on le comprend, je ne suis pas le bon public. Désolé.

Je suis là

Je ne sais pas trop où j’en suis avec les romances. Je trouve ça nunuche, mais j’aime bien quand même. Avec Je suis là, j’en suis exactement là. Je sais pas trop où.
Dans un hôpital pour revisiter la belle au bois dormant?

Je suis là de Clélie Avit
Je suis là de Clélie Avit

Et pis cette histoire du frère, c’est quand même pas trop bien ficelé. Non, ça va pas ce truc-là. Ou trop, ou trop peu. On en fait quoi à la fin? Hein?

Finalement, je crois que j’aime pas trop.

Et ils s’envoyèrent en l’air

Cette histoire de personnages de romans qui débarquent dans la réalité, c’est amusant. Et avec un peu de sexe, de chick-lit, de romance et de tranche de vie, ça pouvait faire une chouette salade de genres.
Mais bon, les sorcières et pis les formules magiques, à force de tirailler et tournicoter, c’est un truc à finir chauve.

Et ils s'envoyèrent en l'air de Elizabeth Maxwell
Et ils s’envoyèrent en l’air de Elizabeth Maxwell